Qui est l’auteur de la méthode An-Nourania ?

Qui est l’auteur de la méthode An-Nourania ?

Présentation de la méthode An-Nouraniya

Lorsque l’on souhaite en savoir plus sur les sciences du Coran, notamment la science du Tajwid, on s’intéresse de près aux méthodes les plus répandues et les plus complètes afin de choisir celle qui nous permettra d’apprendre et de progresser efficacement.

Et ce, dans l’objectif de bénéficier de l’intercession du Coran le Jour de la résurrection.

En effet, d’après Abou Oumama (qu’Allah l’agrée), le Prophète ﷺ a dit:
« Lisez le Coran car il viendra le Jour de la résurrection en intercesseur pour les siens ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°804)

Mais il n’est pas toujours facile de trouver LA bonne méthode, celle qui nous permet d’exceller dans la lecture et la prononciation de chaque lettre, de chaque mot, tout en apprenant les règles de Tajwid.

Nous trouvons parfois une méthode pour apprendre à lire l’arabe, certes efficace, mais ne proposant pas de solutions pour nous aider à perfectionner notre lecture du Noble Coran.

Car la difficulté se trouve bien là : nous souhaitons apprendre à lire l’arabe mais aussi à connaître les règles de Tajwid !

Deux exigences qu’il n’est pas toujours facile de réunir dans une seule et même méthode.
Et pourtant…

Cela existe ! La méthode An-Nouraniya est une méthode qui, avec son rythme ludique et soutenu, est très prisée pour enseigner l’arabe et les règles de Tajwid, notamment aux enfants, aux débutants et aux non-arabophones.

Cette méthode connaît aujourd’hui un franc succès à travers le monde, aussi bien dans les pays arabophones que non-arabophones.

D’ailleurs, de nombreuses écoles prestigieuses en Égypte l’enseignent. Vous l’aurez compris, il s’agit de LA méthode ayant littéralement changé la façon d’enseigner la lecture du Coran aux élèves.

Biographie de l’auteur :

Il s’agit du Shaykh Nour Mohammed Haqâni, né en l’an 1272 du calendrier hégirien, correspondant à l’an 1856 grégorien. Il naquit dans la ville de Ladahyana لدهيانة dans la région de Pendjab (Punjab) en Inde. De cette ville, sont issus de nombreux savants et personnalités excellant dans les sciences religieuses, ainsi que des résistants face à la colonisation britannique.

Le Shaykh suivit son cursus primaire dans sa ville natale. Il poursuivit ensuite ses études dans les écoles religieuses réputées des villes de Delhi دلهي, Kanpur كانبور et Lucknow لكناو. Le Shaykh s’est alors spécialisé dans la science du hadith et prit cette science du Shaykh Ahmed ‘Ali As-Sihanboury أحمد علي السهانبوري.

Après avoir fini son apprentissage, le Shaykh se consacra à la propagation de la science et à l’enseignement du Quran. Il publia un journal qu’il appela  »Nouroun ‘ala Nour »نور على نور (« Lumière sur lumière », en référence au verset 35 de la sourate An-Nour النور).

Il fonda également une imprimerie qu’il appela « مطبعة حقانية »,  »l’imprimerie Haqânia », en référence à son nom.

Par ailleurs, il développa l’école pour fille que son père, le Shaykh Hafidh ‘Ali Mohammed avait mis en place. Il appela cette école « مدرسة حقانية » qui signifie « l’école Haqânite », toujours en référence à son nom. Son rôle y fut important puisqu’il développa tout ce qui concernait les programmes, l’apprentissage, la mémorisation ainsi que le Tajwid. À un point tel que cette école entra en concurrence directe avec les écoles de christianisation du pays. Puis, plusieurs branches ouvrirent dans le pays et le nom de l’école fut changé en « أم المدارس » c’est-à-dire « la mère des écoles » (l’école mère, la première).

Le Shaykh publia également quelques ouvrages. Parmi eux se trouve la méthode An-nouraniya, en référence à son nom. Il édita aussi l’explication de cette méthode.

Par ailleurs, il lui est attribué un livre mis en poésie parlant de la prière, de la croyance, du Tawhid et de la foi.

(NDT : Nous ne connaissons rien à propose de ces livres, nous les mentionnons à titre informatif et nous conseillons de revenir aux savants enracinés dans la science afin de savoir si l’auteur a cité la croyance authentique dans ces derniers.)

Le Shaykh décéda en l’an 1343 de l’hégire correspondant à l’an 1925 du calendrier grégorien.

Après sa mort, la direction des écoles fut reprise par son plus jeune fils, Ahmed Hassan Ibn (fils de) Nour Mohamed Haqâni (l’auteur du livre). Lorsque le Pakistan s’est séparé de l’Inde, l’école déménagea alors dans la ville de Faisalabad (فيصل أباد) au Pakistan. Elle existe encore aujourd’hui, dirigée par ses petits-enfants.

Article traduit par Almadrassa à partir de la biographie rédigée par sa petite filleأم سلمان فاطمة بنت أحمد حسن بن نور محمد حقاني Oum Salman Fatima, fille de Ahmed Hassan, fils de Nour Mohammed Haqâni (l’auteur du livre).

Source originale: http://www.furqangroup.com/sa/pages/7

Partage et obtiens des bonnes actions inshaAllah.

Suggestion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *